Comment la médecine chinoise a su se populariser ?

médecine chinoise

La médecine traditionnelle chinoise a de très vielles origines. Le plus ancien livre écrit décrivant ces pratiques ancestrales, date de plusieurs centaines d’années avant notre ère, connu sous le nom de « Huangdi Neijing ». Très influée par le taoïsme et les préceptes de Confucius, cette médecine traditionnelle prône une unité entre le corps et l’esprit. La médecine chinoise est ainsi considérée comme étant médecine holistique c’est-à-dire qu’elle veut guérir l’être humain dans son intégralité. Un mal, une maladie serait dû à différentes étiologies pouvant autant être biologique qu’énergétique.

Médecine occidentale et médecine chinoise : des fondements similaires ?

Comme les fondements de la médecine occidentale, qui est basée sur la théorie des humeurs décrit dans le corpus hippocratique. La médecine traditionnelle chinoise, elle est fondée sur 5 substances vitales. En effet pour revenir sur les origines de la médecine « occidentale », qui à la base reposée sur 4 humeurs (le sang, la lymphe, la bile jaune et la bile noire) auxquels ont associé les 4 éléments (feu, air, terre et l’eau). En fonction de l’humeur touchée (en trop ou en déficit) influencerait le tempérament de la personne.

Humeur

L’organe

L’élément

Le tempérament

Sang

Cœur

Le Feu

Sanguin (gaie, heureux)

Lymphe

Cerveau

L’Air

Flegmatique (calme, imperturbable)

Bile jaune

Foie

La Terre

Bilieux (enclin à la colère)

Bile noire

Rate

L’eau

Atrabiliaire (triste, mélancolique)

 

C’est ainsi que pendant longtemps pour soigner une personne on poser un diagnostic en fonction de l’humeur ou de l’organe affecté. C’est de cette façon que des traitements à base de diurétiques, laxatifs, cholagogues et des saignées.

Dans la médecine chinoise, les 5 substances sont :

  • Le Qi : qui correspond à l’énergie vitale qui permet d’animer les êtres vivants
  • L’Esprit : qui correspond aux facultés cognitives
  • Les Essences : c’est ce qui nous définit c’est ce qu’on considère le phénotype (ce qui caractérise une personne basée sur le génotype et le mode de vie)
  • Les Liquides : désignant toutes les sécrétions du corps telles que les larmes, l’urine, la salive, les sécrétions nasales
  • Le Sang : considérée comme le liquide qui nourrit les différents organes du corps, il est mis à part des autres liquides

A ses substances, s’ajoute les « Souffles » qui peuvent être dynamique ou passif à l’image de la théorie des humeurs. Les souffles antagonistes s’équilibrent selon le principe du Yin et du Yang d’où proviennent les différents éléments : le bois, le feu, le métal, l’eau et la terre.

 

Les thérapies issues de la médecine chinoise traditionnelle

Les maladies selon les théories de la médecine chinoise sont liées au QI ou peuvent aussi être lié à une mauvaise circulation des différents « Souffles ». Ces différents déséquilibres peuvent être d’origine interne avec les émotions et les sentiments comme d’origine externe avec les conditions climatiques par exemple.

C’est pourquoi la médecine chinoise a développé différentes pratiques thérapeutiques :

  • L’acupuncture et les massages : se base sur les points de tensions du corps. Cette pratique est censée de faciliter le mouvement du chakra pour permettre les bons flux des substances.
  • Le qi gong : qui est un sport doux à mi-chemin de la médiation et du yoga, qui aiderait à réduire les douleurs osseuses et musculaires
  • La phytothérapie

Les pratiques traditionnelles de médecine chinoise reposent sur plusieurs principes comme l’équilibre Yin et Yang, les essences mais aussi de l’environnement proche. C’est pour ça la phytothérapie est une pratique très répandue en chine car les être vivants comme les végétaux sont inscrit dans les fondements de la médecine chinoise. Le corps humain est microcosme du monde et à ce titre, l’homme possède en lui-même une capacité “d’auto-guérison” qui peut-être favoriser par les plantes mais surtout par une bonne hygiène de vie .

A ce titre l’alimentation et le sport comme le Qi Gong sont considérée étant comme les premières lignes de défense pour se prémunir des maladies. Le Qi Gong est une pratique ancestrale ou il faut exécuter des mouvements volontairement longs décrit comme étant rallonger son espérance de vie et repousser les mauvais esprits.

 

La pharmacopée chinoise à l’origine de la phytothérapie

Contrairement à la médecine traditionnelle occidentale qui désigne une seule plante permettant de traiter un seul problème, la médecine traditionnelle chinoise est plus complexe. En effet, en médecine traditionnelle chinoise il est plus courant de prescrire plusieurs plantes pour obtenir une préparation synergique. Dans les deux pharmacopées, il y a un intérêt pour les différents éléments d’une plante que se soit les rhizomes, feuilles, fleurs, …

Pour établir la pharmacopée chinoise plusieurs caractéristiques étaient pris en compte pour déterminer le potentielle thérapeutique de la plante :

  • La couleur
  • La nature (froide, chaude ou neutre)
  • La saveur / le goût : amère, douce, épicée, salée
  • Les caractéristiques : forme, texture, humidité, viscosité
  • Les vertus/ propriété biologique de la plante

Aujourd’hui, on analyse encore la qualité d’une huile essentielle et des autres produits de phytothérapie sont décrits par les caractéristiques organoleptiques comme le goût, l’odeur, la texture et la couleur. La popularisation des médecines traditionnelles permet le développement afin de prouver ou infirmer les propriétés biologiques mis en avant dans les médecines traditionnelles.

La phytothérapie s’est également développée sur des critères idéologiques. Comme nous l’avons vu la médecine traditionnelle se fonde sur une influence spirituelle taoïste. Or, les médecines alternatives et traditionnelles ont permis d’offrir une nouvelle offre de soin autre que la médecine occidentale apparaissant parfois obscure. La phytothérapie permet à la fois de répondre des idéologies écologiques mais aussi sociales. En effet, les laboratoires pharmaceutiques ces dernières dizaines d’années ont été mis en avant dans diverses crises sanitaires depuis les années 50’s avec tout d’abord l’affaire du thalidomide montrant les faiblesses des médicaments. Les différentes autres affaires liées à des médicaments comme le Médiator ou le Levothyrox, ont permet le redéveloppement des pratiques ancestrales avec une population grandissante qui s’intéresse à des produits de santé provenant des plantes aux dépends des médicaments issus des industries pharmaceutiques.

Cette nouvelle popularité de la phytothérapie est certainement liée aux différents principes de la médecine chinoise à réintégrer l’homme dans son environnement. Ainsi les vertus thérapeutiques mis en avant dans la pharmacopée chinoise permettre aujourd’hui d’exploiter la phytothérapie pour confectionner des soins cosmétiques ou encore des compléments alimentaires. Certaines entreprises comme la Compagnie des Sens accompagne en offrant des conseils sur l’utilisation variées des plantes médicinales. Il est de cette manière possible de choisir avec clarté les plantes selon différentes gammes qui sont : Les huiles essentielles, les huiles végétales mais aussi les plantes médicinales séchées permettant de revenir à l’utilisation originelle des plantes utilisées en médecine chinoise en préparant des décoctions ou des tisanes soi-même.

Pièces jointes (1)

Le “daily life” d’une VDI
Vertus et bienfaits du graviola corossol sur la santé